Passion des livres

Passion des livres

Dans la peau d'une djihadiste

Au tout début:

"- Ecoute-moi! Je t'aime comme je n'ai jamais aimé personne. Je ne peux pas t'imaginer un jour de plus loin de moi, au milieu de tout ce vice qui t'entoure. Je te protégerai. Je t'écarterai de tous les démons du monde. Quand tu me retrouveras, tu t'émerveilleras par toi-même de ce paradis. De ce pays, que moi et mes hommes reconstruisons. Ici, les gens s'aiment et se respectent. Nous ne formons qu'une grande famille, où tu as déjà ta place: tout le monde t'attend! Si tu savais comme les femmes sont heureuses auprès de nous. Avant elles étaient comme toi. Perdues. L'épouse d'un de mes amis t'a préparé tout un programme pour ton arrivée. Quand tu auras fini tes cours de tir, elle t'emmènera dans un très beau magasin, le seul du pays où l'on vende du tissu de qualité. Je paierai tout pour toi. Tu te créeras ton petit monde avec tes nouvelles copines. Comme j'ai hâte que tu arrives. Mélanie, ma femme! Dépêche-toi, je t'attends."

De quoi ça parle:

Convertie à L'Islam, Mélanie rencontre sur Facebook le chef français d'une brigade islamiste. En quarante-huit heures, il "tombe amoureux" d'elle, l'appelle nuit et jour, la presse de venir faire son djihad en Syrie et dans la foulée la demande en mariage, lui faisant miroiter une vie paradisiaque... De "chat" Facebook en conversation Skype, Mélanie se prend au jeu et commence à préparer secrètement son départ.
Des jeunes Européennes comme Mélanie, chaque semaine plus nombreuses à se laisser embrigader via Internet, l'auteur de ce livre en connaît des dizaines : c'est elle, Anna Erelle, qui se cache en réalité derrière le profil de "Mélanie". Jeune reporter, elle travaille sur les réseaux de l’État islamique (EI) - dont la propagande numérique, le "djihad 2.0", constitue l'une des armes les plus redoutables.
Pendant un mois, Anna se glisse ainsi dans la peau de Mélanie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son "prétendant" - proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EI - livre le soir derrière un écran d'ordinateur à sa "future épouse". Dans une impatience grandissante que celle-ci la rejoigne. Ce voyage est l'ultime étape, la plus dangereuse, de son reportage, et Anna l'a planifié dans les moindres détails. Elle part, comme prévu. Mais tout va déraper...

Une enquête-choc impossible à lâcher.
Le livre qui aide à comprendre le vrai visage des terroristes de l'EI.

Aujourd'hui encore menacée, l'auteur ne peut dévoiler sa véritable identité.

Ce que j'en ai pensé:

J'ai été très perturbée par cette lecture. Cela m'a fait beaucoup réfléchir.

Ne vous y trompez pas, j'ai bien aimé ma lecture. J'ai été prise dans l'histoire dès le début. Et j'avais vraiment envie de connaitre l'histoire de cette journaliste.

 

Le style d'écriture est assez simple, la journaliste raconte son histoire, l'histoire de son avatar, Mélanie. Mais elle raconte les choses comme elles lui arrivent. Ce style ne m'a pas vraiment dérangé, cela m'a permis d'entrer plus facilement dans l'histoire.

 

J'ai, par contre, été assez perturbée après cette lecture. Le comportement du djihadiste est vraiment perturbant. Il raconte sa vie dans le camp des djihadistes comme s'il était en vacances.

 

Malheureusement, ce qui arrive à Mélanie, arrive tous les jours à d'autres jeunes filles. Je pense qu'il faut mettre ce livre entre toutes les mains pour que les gens se rendent compte de la façon dont ses jeunes filles sont retournées pour n'avoir plus d'autres choix que de partir.

 

J'ai donc bien aimé ma lecture mais j'ai trouvé cette histoire très perturbante. J'y pensais encore longtemps après avoir refermé mon livre.

 

Page 99:

"Au même instant le signal Skype de l'ordinateur se déclenche. Bilel rappelle. Il est hors de question que je décroche. Mais André insiste pour que je remette l'attirail de Mélanie;  Bilel a peut-être quelque chose d'important à dire. Pourquoi rappellerait-il sinon, sachant que Mélanie ne peut parler? J'hésite. J'entends Milan retirer son casque dans la cage d'escalier et monter les marches rapidement. Je me sens oppressée. Sans réfléchir, j'enfile n'importe comment le voile et la djellaba. Et je pousse le bouton vert au moment où j'entends Milan refermer la porte de mon appartement."

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge


Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict



03/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres