Passion des livres

Passion des livres

Sukkwan Island

Au tout début:

"On avait une Morris Mini, avec ta maman. C'était une voiture minuscule comme un wagonnet de montagnes russes et un des essuie-glaces était bousillé, alors je passais tout le temps mon bras par la fenêtre pour l'actionner. Ta maman était folle des champs de moutarde à l'époque, elle voulait toujours qu'on y passe quand il faisait beau, autour de Davis. "


De quoi ça parle:

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Ce que j'en ai pensé:

Je vais avoir beaucoup de mal à faire cette chronique car je ne saurais pas dire si j'ai aimé ou pas cette histoire.

Au départ, j'ai aimé découvrir le mode de vie très dur de ce père et ce fils. En effet, c'est assez difficile de vivre au milieu de l'Alaska. Mais j'ai vite déchanté, j'ai trouvé que le père s'apitoyait beaucoup trop sur son sort. Il ne s'occupe pas de ce que son fils peut ressentir. Tout ce qui l'intéresse ce sont ses problèmes à lui qui sont, pour moi, un peu futile.

 

La première partie m'a captivé. J'ai juste trouvé que certains "drames" arrivaient comme ça, sans préavis. Ils sont racontés tous sur le même ton, vous lisez une phrase et dans la suivante il se passe quelque chose qui n'était pas vraiment prévu, qui vous tombe dessus comme ça. J'ai trouvé ça dommage, un petit peu de suspense aurait apporté un petit plus à l'histoire.

 

Dans la seconde partie, j'ai trouvé que le père était vraiment à secouer. Il s'apitoie sur lui-même, il prend vraiment des décisions complètement absurdes.

 

Vous l'aurez compris, le personnage du père ne m'a pas du tout plu. J'avais juste envie de le baffer. Quant au fils, il m'a plutôt fait de la peine, c'est un ado qui doit vivre sa vie, faire des conneries, sortir avec ses amis pas aller se planquer au milieu de l'Alaska. Ce qui revient à ce que je disais au début, le père ne pense qu'a lui et surement pas à ses enfants.

 

En conclusion, un avis très mitigé. Même si l'histoire n'était pas mal au début, les réactions des personnages m'ont beaucoup dérangé.

 

À lire si... vous aimez les grands espaces, si vous aimez les huit-clos au grand air.

 

À ne pas lire si... les personnages qui s'apitoie sur eux-même vous énervent.

 

Page 99:

"non. Roy se sentait affreusement mal. Je suis désolé, fit-il.
C'est pas grave, dit son père. Si tu dois t'en aller, alors vas-y. Je ne te retiens pas.

Roy avait envie de répondre qu'il allait rester, mais il n'y parvenait pas. Il savait que d'horribles malheurs lui tomberaient dessus s'il restait. Il fit la vaisselle et ils se couchèrent."

 

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

Je sais que le challenge est terminé mais j'ai décidé d'essayer de le finir quand même pour moi. Du coup j'ai lu ce livre pour le challenge


Et donc ce livre se déroule dans l'état de l'Alaska

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict



05/02/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres