Passion des livres

Passion des livres

Meurtres à l'abbaye

Au coeur du Moyen Age, une série de meurtres frappe l'abbaye de Hautefage et ses alentours. Les seigneurs et les moines, figures étranges et maîtres des lieux, deviennent tour à tour enquêteurs, suspects et complices. Trois énigmes palpitantes, quand religion et politique se confondent...

Le recueil de la trilogie: Double meurtre à l'abbaye, Crime à Hautefage et Ce que savait le mort de la forêt.

 

Ce livre est donc un recueil de trois romans que je vais détailler dans cette chronique.

 

Doubles meurtres à l'abbaye

 


A la fin du XIIème siècle, dans l'enceinte de l'Abbaye de Hautefage, un pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle est retrouvé assassiné.
L'enquête démarre aussitôt, mais, à chercher le meurtrier, on se demande s'il y a encore des innocents...

 

Ce roman commence très fort avec la découverte d'un premier meurtre. Le cadavre étant déposé devant l'abbaye de Hautefage.

L'enquête va alors être menée par le prévôt, Guillaume Taillefer, un sale bonhomme qui utilise la violence pour obtenir ses renseignements.

Mais elle va aussi être suivie de très près par différents hauts personnages: le père Abbé Arnould, Raylmond de Pleaux, le seigneur de Pleaux mais aussi par Guy de Servière, cousin de Raymond.

 

J'aime assez l'ambiance du Moyen-Âge, généralement, et ici, nous l'a ressentons bien avec la fête à l'abbaye, la grande foire dans la ville, les seigneurs et leurs guerres, ...

 

Du coté des personnages, j'ai vraiment bien aimé Guy de Servière avec ses yeux moqueurs et son brin de houx au chapeau.

 

Le seul point négatif, j'ai trouvé cette enquête assez confuse jusqu'à l'épilogue où tout est expliqué.

 

En conclusion, une bonne histoire policière sur fond de Moyen Âge mais qui reste très jeunesse. À conseiller donc aux jeunes ados.

 

Crime à Hautefage

 


 

Par un soir d'orage, la jeune Bertille découvre un corps inanimé dans le bois de Sousclay. Cette nuit-là, tout près, les frères de l'abbaye de Hautefage trouvent un homme assassiné. A quelques jours de la fête sainte, qui voit pèlerins et chevaliers affluer, les suspects sont nombreux...

 

J'ai aimé retrouvé certains des personnages de Double Meurtre à l'abbaye.

 

A l'approche de la fête de la vierge, un marchand Vénitien est retrouvé mort sur les terres d'Hugues de Merle. Le nouveau seigneur de Pleaux, Guy de Servières va alors mener l'enquête.

 

Ce titre m'a semblé assez confus, difficile à comprendre. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre le complot, je me perdais un peu entre le roi de France et le roi d'Angleterre et leurs partisans.

 

J'ai bien aimé Bertille, l'innocente qui a bon coeur et son écureuil Courte-patte.

 

J'ai aussi apprécié les petits rappels historiques qu'il y avait à la fin. Cela permet de savoir ce que sont les croisades, les templiers, ...

 

En conclusion, ce tome est encore très jeunesse mais un peu dur à comprendre pour moi.

 

Ce que savait les morts de la forêt

 


 

Un matin, Aubri le tailleur de pierre découvre un cadavre au bord de la forêt de Pleaux. Qui est cet inconnu au visage balafré ? Ce nouveau crime commis aux alentours de l'abbaye de Hautefage aurait-il un rapport avec la venue de mystérieux chevaliers espagnols au château ? Les préparatifs des fêtes de Pâques à Hautefage ne vont pas faciliter les choses...

 

Voici le troisième et dernier tome de ce recueil et il fut encore pour moi un peu confus. J'ai encore eu du mal à comprendre le comment du pourquoi.

 

J'ai encore bien aimé retrouver Guy et Agnés, ainsi que leur fils, Hugues, qui m'a semblé assez "canaille" pour le peu qu'il apparaît.

Mais j'ai aussi aimé retrouver Hugues de Merle, qui n'a plus son côté brigand des premiers tomes, mais plutôt un côté vieil oncle de bons conseils pour son neveu et sa femme.

 

En conclusion, un recueil très jeunesse mais aussi très confus dans les explications.

Mais j'ai bien aimé l'ambiance moyenâgeuse qui est très présente. Je le conseil, donc, aux jeunes qui aime le moyen-âge et les chevaliers.

 

"Il se secoua. Qu'allait-il penser là! Il traina cependant toute la matinée un sentiment d'anxiété qui lui était si peu habituel qu'il en rendit responsable le temps: il allait sûrement neiger."

 

"La porte de la salle s'ouvrit sur une brusque poussée et le prévôt, Martin Tranche-Tout, ainsi nommé car il avait le jugement rapide et catégorique, fit irruption dans la pièce."

 

"-Quand cesserez-vous de vous moquer, messire vicomte?

- Quand je cesserai de t'aimer."

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict Rendez-vous sur Hellocoton !



28/10/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres