Passion des livres

Passion des livres

Le club des cinq contre-attaque

Voici les vacances revenues, à la grande joie du "Club des Cinq". De nouveau les quatre amis et leur chien Dagobert se retrouvent au bord de la mer, à Kernach, et, cette fois, l'on décide d'aller camper sur une île située dans la baie. Les ruines d'un vieux château s'y dressent encore, sinistres, hantées par les corneilles. Dans cet ancien repaire de corsaires, les Cinq feront découverte sur découverte : oubliettes, grottes et souterrains. Mais tout y est si étrange, parfois même si inquiétant que les enfants s'interrogent : cette île que l'on dit déserte, ne serait-elle pas habitée ? Mais par qui ?...
Énigme passionnante qui vaudra aux Cinq une nouvelle série d'aventures plus extraordinaires et plus dramatiques encore que toutes celles qu'ils ont déjà vécues.

 

Voici encore une belle aventure pour nos 5 amis. Mais j'ai trouvé que pour des jeunes ados, l'histoire était un peu tirée par les cheveux. D'abord les parents qui les laisse seule en compagnie d'une gouvernante qui ne veut pas leurs faire à manger. Ensuite, c'est 4 enfants qui partent seuls camper sur une île et la gouvernante qui trouve ça normale et même plutôt bien puisqu'elle peut ainsi mener ses petites activités sans être ennuyée. Mais bon, pour des enfants de 12 ans, c'est un peu fort quand même.

 L'histoire en elle-même est vraiment bien, j'ai rêvé de pouvoir camper avec le club des 5 dans une grotte sur une île déserte.

 

Les personnages sont toujours les mêmes, un peu trop gentils, un peu trop polis, mais vraiment attachants. J'ai détesté, comme tout le monde à mon avis, la gouvernante acerbe et sans gêne. Et je me suis inquiétée pour Tante Cécile qui malade se retrouve hospitalisée.

 

En conclusion, lisez et relisez ce tome avec (ou sans) vos enfants et laissez-vous porter par cette aventure. 

 

"Une femme à l'air revêche vint les aider à décharger leurs valises. Les enfants ne la connaissaient pas.

- Qui est-ce? demandèrent-ils à voix basse.

- La nouvelle cuisinière. Maria est allée soigner sa mère qui s'est cassé la jambe. Alors maman a engagé cette cuisinière-là. Elle s'appelle Mme Friol.

- Exactement le contraire de Maria, commenta François avec malice, on dirait un squelette. J'espère que le dit squelette ne fera pas de vieux os ici et que Maria reviendra vite. Je préfère cent fois notre bonne grosse Maria. Sans compter qu'elle aimait bien Dago."

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 

Rendez-vous sur Hellocoton !



25/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres