Passion des livres

Passion des livres

Des noeuds d'acier

Au tout début:

"Il en a fallu du temps pour que ce petit coin de pays se défasse du souvenir de l'effroyable fait divers qui l'a marqué au cours de l'été 2002. Dans les quotidiens et les hebdos nationaux, au journal télévisé, bien évidemment dans la presse à sensation: il est passé partout. A nous, habitants acharnés ou passionnés de cette terre dépeuplée, il a fait une publicité mauvaise et morbide: beaucoup de gens aujourd'hui encore ne connaissent notre région que par cette triste chronique."

 

 

De quoi ça parle:

Avril 2001. Dans la cave d'une ferme miteuse, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave. Théo n'a pourtant rien d'une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l'ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d'autres. Alors, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d'échapper à ses geôliers.

 

Ce que j'en ai pensé:

 

Bon alors si vous n'aimez pas la violence, l'esclavage et l'humiliation, passez votre chemin.

 

En effet, ce livre est bourré de violence gratuite. Nos deux bourreaux, Joshua et Basile, sont très méchants, sans aucune humanité. Et Théo s'enfonce de plus en plus dans cette façon de vivre. Il se laisse faire sans rien tenter pour s'échapper.

 

Les personnages ne m'ont pas du tout plu. Je n'ai pas su accrocher à aucun d'entre eux. Même à Théo qui subit toutes les violences possibles et inimaginables n'a pas réussi à me faire ressentir quelque chose.

 

J'ai été plutôt dégoutée par le fond de l'histoire. Mais malheureusement, je pense que cela se passe dans le monde.

 

Pour ce qui est du style d'écriture, par contre, j'ai vraiment bien aimé. C'était écrit sous forme de journal intime de Théo. Mais c'était bien écrit, même si l'histoire ne me plaisait pas, la lecture était fluide et rapide.

 

Du coup, je vous laisse découvrir par vous-même ce livre mais surtout n'y allez pas si vous n'aimez pas la violence et les humiliations gratuites.

 

Page 99:

"Je me souviens, enfant, avoir inventé mille solutions pour ne pas me laver le soir. Mal au ventre, fatigué, pas sale, tout était bon. Comme beaucoup d'autres gamins, j'ai compris un jour que je pouvais laisser couler l'eau de la douche bruyamment en restant sur le tapis de bain et qu'il suffisait de me mouiller un peu les cheveux avant de sortir. Je me suis aussi fait prendre à ce petit jeu, un soir que Max est entré sans prévenir et que ce fumier a couru me dénoncer au père. Dans l'ensemble, tout cumulé, je pense avoir gagné pas loin d'une année de douches. Enorme."

 

Ma note:


 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 

 



25/11/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres