Passion des livres

Passion des livres

Science-fiction

La science-fiction est un genre narratif structuré par des hypothèses sur ce que pourrait être le futur ou ce qu'aurait pu être le présent ou le passé (planètes éloignées, mondes parallèles, uchronie, ...) en partant des connaissances actuelles (scientifiques, technologiques,...).


22/11/63

 

Au tout début:

 

"J'ai jamais eu "la larme facile", comme on dit.
Si j'en crois mon ex-épouse, mon "gradient d'émotion inexistant" est la raison principale pour laquelle elle m'a quitté (comme si le mec qu'elle avait rencontré à ses réunions des Alcooliques anonymes n'y était pour rien). Christy supposait qu'elle pouvait me pardonner, disait-elle, de ne pas avoir versé de larmes à l'enterrement de son père: je ne le connaissais que depuis six ans et ne pouvais comprendre quel homme merveilleux et généreux c'était (une Mustang décapotable comme cadeau de fin d'études secondaire, par exemple)."

 


 

De quoi ça parle:

 

Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.

Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrole Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

 

Ce que j'en ai pensé:

 

Je ne sais pas pourquoi je m'acharne à lire Stephen King, j'ai toujours beaucoup de mal avec ses livres mais j'avais envie de découvrir celui-ci.

L'histoire n'est pas mal du tout. J'ai aimé voyager dans les années 60. Les choses étant différentes de maintenant, j'ai vraiment voyagé. Mais l'histoire de Lee Oswald était vraiment très très longue. Nous suivons vraiment toutes les plus petites anecdotes qui se passent dans sa vie et dans la vie de Jake. Beaucoup de choses se passent et je me suis demandé ce qu'elles venaient faire là. Même si cela ne m'a pas dérangé au final. Mais je pense que le livre n'aurait rien perdu de son charme avec quelques centaines de pages de moins.

 

En ce qui concerne les personnages, je les ai trouvés attachant. Les habitants de Jodie sont vraiment des gens gentils et j'imagine très bien la vie dans une petite ville des USA comme celle décrite dans le livre.

 

J'ai eu une très bonne surprise sur la fin. En effet, tous les livres de Stephen King que j'ai lus avant n'avaient pas vraiment de fin ou avait une fin qui ne me satisfaisait pas. Mais ici, c'était une très jolie fin. Tout ce qu'il fallait. J'ai beaucoup aimé.

 

 

À lire si... vous aimez les histoires dans les petites villes américaines

 

 

 

À ne pas lire si... vous n'aimez pas les histoires qui dure, qui dure...

 

 

 

Page 99:

 

"Al? Il y a un problème?
- C'est que, moi aussi j'ai peur. Mais on n'a pas besoin d'une scène d'adieux déchirante. Si tu rentres, tu seras de retour dans deux minutes, peu importe le temps que tu auras passé en 58. Juste le temps pour moi de mettre le percolateur en route. Si ça a marché, nous boirons une bonne tasse de café ensemble et tu pourras tout me raconter."

 

 

Ma note:

 



 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


10/10/2017
2 Poster un commentaire

Terrienne

Au tout début:

"Etienne Virgil n'allait pas bien quand il fit la rencontre, au début de l'automne, de cette jeune fille qui s'appelait Anne Collodi."


De quoi ça parle:

Après avoir reçu un étrange message de sa soeur Gabrielle, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche.
Accompagnée d'un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, elle passe alors brusquement de l'autre côté.
Et découvre un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial. Là-bas, les habitants ne respirent pas, ne sourient pas, et les humains sont esclaves. Au milieu d'eux, elle comprend vite que sa soeur est retenue prisonnière, quelque part, et qu'elle est en danger. Anne va tout tenter... jusqu'au péril de sa vie.

Ce que j'en ai pensé:

Même s'il est vrai qu'au début du bouquin je me demandais où j'allais, j'ai vite découvert que l'histoire allait me plaire.

 

J'ai vraiment adoré voyager dans cet autre monde à la recherche de Gabrielle. L'auteur nous fait bien ressentir le côté angoissant de ce monde sans bruit, sans rire, sans respiration, sans couleur.

 

J'ai beaucoup aimé le personnage d'Anne. Au début, je pensais avoir affaire à une attardée, vu les questions qu'elle posait à Etienne. Mais pas du tout, elle était juste un peu paumée dans ce début d'histoire. Et puis je me suis beaucoup attaché à elle, j'avais envie de la voir réussir.

Il y a aussi Bran qui m'a bien plu. Il fait tout pour rejeter sa condition et pouvoir vivre comme ce qu'il est vraiment.

Et puis il y a Etienne! J'ai aimé ce vieux monsieur, je l'ai trouvé touchant.

 

J'avais lu un commentaire disant que l'histoire d'amour n'avait pas sa place dans ce roman, que l'intrigue pouvait s'en passer. Du coup, j'avais un peu peur. Ayant déjà lu d'autres dystopies, j'avais un peu peur de la lourdeur de l'histoire d'amour mais en fait pas du tout. Cela ne m'a pas du tout dérangé. Ca apportait un petit quelque chose à l'histoire même si c'est vrai que l'intrigue pouvait s'en passer.

 

J'ai, par contre, trouvé dommage la non-explication de cet autre monde. Même si j'ai aimé les descriptions, je ne sais toujours pas ce que c'est. Cela ne m'a pas dérangé dans la compréhension de l'histoire mais j'ai trouvé cela dommage.

 

En conclusion, j'ai passé un très bon moment avec Terrienne même si au début c'était pas gagné. N'hésitez pas à le lire si vous aimez les autres mondes.

 

À lire si... vous aimez découvrir d'autres mondes avec d'autres manières de diriger.

 

À ne pas lire si... entrez dans un autre monde qui n'est pas expliquer vous ennuie



Page 99:

"Elle ne résiste pas à cette tentation. Nous vérifions que les environs sont déserts et nous nous enlaçons, comme le feraient deux amoureux. Elle pose sa tête contre ma poitrine et je respire longtemps, pour elle.

Ma note:




Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


03/03/2017
0 Poster un commentaire

Zen City

 

Au tout début:

"Ce livre est né de la volonté de mon éditeur de publier le blog de Dominique Dubois, survivant de ce que les médias ont appelé et appellent encore "la tragédie de Zen City".

Si l'adoption du projet Zen City s'est faite dans une relative discrétion, les médias se sont rapidement intéressés à la construction de cette ville nouvelle, se voulant à la fois pôle de compétitivité et modèle de confort de vie pour cadres, sorte de Silicon Valley à la française."

 

 

De quoi ça parle:

Bienvenue à Zen City !

Grâce à notre programme Global Life®, la vie clés en main, profitez de tous nos services et travaillez dans un environnement idéal, naturel et

sécurisant.

 

Dominique Dubois, cadre trentenaire remarquablement moyen, s’installe plein d’espoir à Zen City, paradis high-tech où, grâce à la puce dont chacun est doté, on peut avoir un réfrigérateur toujours plein sans jamais aller au supermarché et être protégé 24 heures sur 24 sans même s’en rendre compte. Mais quand sa jolie collègue est assassinée chez elle, quand il devient la proie de hackers qui cherchent à miner de

l’intérieur la Ville Transparence, sa vie en prépayé bascule…

Ce livre est son journal, le témoignage d’un des rares rescapés de ce que l’on a appelé la « Tragédie de Zen City ».

 

Ce que j'en ai pensé:

Bon, avec ce billet, je vais tenter de reprendre une routine sur le blog. Je vais essayer de rattraper toutes mes chroniques en retard et il y en a. En effet, chaque livre que je dois chroniquer reste sur ma table jusqu'à ce que la chronique soit publiée et je le range ensuite. Et la pile est assez grande.

 

Donc, je commence avec ce livre.

 

Je l'ai découvert chez un bouquiniste dans le village du livre de Becherel en Bretagne et j'ai tout de suite été attirée par le résumé. Malheureusement, bien que le concept m'a assez bien plu, j'ai eu du mal avec le format.

C'est, en effet, le roman épistolaire du XXIème siècle. Tout est écrit sous forme de blog.

 

Le concept de village technologique est pas mal. Chaque villageois est suivi grâce à une puce, ce qui permet d'avoir son frigo toujours plein des choses que l'on apprécie. Même si cela fait quand même peur, c'était plutôt intéressant à lire. On y découvre les dérives que cela peut provoquer et on se me à espérer que cela ne se produise pas.

 

Le livre se lit très vite du fait qu'il est écrit comme une succession de petit billet de blog. Mais justement cela m'a un peu dérangé surtout que les billets sont suivi des commentaires des visiteurs du blog.

 

Par contre, je n'ai pas du tout pu m'accrocher aux personnages. Dominique Dubois, le protagoniste principal et l'auteur du blog, m'a énervé. Vous connaissez Calimero? Au départ, c'était un peu ce que je pensais de lui. J'avais l'impression qu'il était persécuté et qu'il ne trouvait pas sa place.

 

En conclusion, un livre qui se lit très vite mais qui s'oublie très vite aussi. Mais surtout n'hésitez pas à le lire pour vous faire votre propre opinion.

 

Page 99:

"Première journée de coachin!

Le coach a débarqué dans mon appartement comme une tornade, avec cinq minutes d'avance, alors que j'étais à peine réveillé."

 

Ma note:

 

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 


01/01/2017
0 Poster un commentaire

L'épreuve, tome 0: L'ordre de tuer

Au tout début:

"Teresa contemplait son meilleur ami en se demandant ce que ça lui ferait de l'oublier. Cela paraissait à peine envisageable, et pourtant, elle avait assisté à des dizaines d'Effacements avant celui de Thomas. Ses cheveux bruns, son regard pénétrant, son air méditatif... - comment pourrait-elle jamais oublier ce garçon? Comment pourrait-elle se retenir d'établir un contact télépathique si elle se retrouvait dans la même pièce que lui.

Impossible."

 


 

De quoi ça parle:

Treize ans avant que Thomas entre dans le Labyrinthe, une éruption solaire a frappé la Terre. Mark et Trina ont survécu à la catastrophe. Mais cette terrible épreuve n'est rien comparée à ce qui les attend. Une étrange épidémie se répand aux États-Unis, elle frappe de folie les individus qu'elle atteint. Pire, elle met en danger jusqu'à l'existence de la race humaine !
Convaincus qu'il existe un moyen de sauver les malades, Mark et Trina sont bien décidés à le trouver... s'ils parviennent à rester en vie. Dans ce monde dévasté, certains préfèrent tuer pour que personne ne découvre la vérité.

Ce que j'en ai pensé:

J'avais moyennement aimé la saga "Labyrinthe" mais j'ai quand même décidé de lire ce préquel. Et je dois dire que j'ai été vraiment conquise par ce livre.

On découvre un petit peu plus sur le monde juste après les éruptions solaires et sur l'épidémie. Quelque chose qui n'était pas du tout expliquer dans la saga. Ce qui m'a permis de mieux comprendre certains points dans l'histoire principale. Et surtout, cela m'a permis de comprendre pourquoi tout cela est arrivé.

 

J'ai bien aimé les personnages aussi, j'ai bien accroché à chacun d'eau. Mark et Trina sont assez mignon, je dois dire. Par contre, je pensais qu'ils avaient un lien avec Thomas ou Teresa mais rien n'est expliqué dans ce sens.

 

Maintenant j'aimerais en découvrir plus sur Thomas et Teresa. Ce serait pas mal.

 

Page 99:

"Alec ouvre la porte et sort le premier; Les autres le suivent et se prennent une bouffée d'air brûlant en pleine figure. Mark a l'impression que tout l'oxygène de ses poumons vient de se consumer d'un coup; chaque respiration est un combat."

Ma note:




Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


29/09/2016
0 Poster un commentaire

Starters, tome 1

Au tout début:

"Les Enders me terrifient. Surtout le portier de la Banque des Corps, son sourire factice collé aux lèvres. Il n'est pas très vieux - dans les cent dix ans - mais il me file les jetons quand même, avec ses cheveux gris argent et son badge de pseudo-mérite."

 

 

De quoi ça parle:

Dans un futur proche : après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps. L’esprit d’une vieille femme en prend possession pour retrouver sa jeunesse perdue. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu… Et Callie réalise bientôt que son corps n’a été loué que dans un seul but : exécuter un sinistre plan qu’elle devra contrecarrer à tout prix !

 

Qu'en ai-je pensé:

Je vais commencer cette chronique avec une petite précision. Cette chronique va être très courte parce que je ne sais pas trop ce que j'ai pensé de ce livre. Je n'ai pas aimé mais je n'ai pas pas aimé. Ce livre m'a laissé indifférent.

 

J'ai trouvé que l'histoire se passait beaucoup trop vite, pas assez de détails, pas assez d'explication sur certaines choses. Même la fin m'a paru un peu rapide.

 

Au niveau des personnages, je ne suis pas arrivée à m'y attaché. Les Starters sont peu représentés (pour finir) dans ce livre du coup, on ne découvre pas Mickael ou Tyler.

Et puis pour les Endres, je les ai trouvés trop sur d'eux. Ils louent les corps des jeunes et puis ils se moquent complètement de ce qui peut arriver à ce corps. Leur principale préoccupation est de s'amuser. Du coup je les ai trouvés trop arrogants, trop "cons" (désolé pour le terme)

 

En conclusion, l'idée de départ me plaisait vraiment bien mais je n'ai pas retrouvé ce petit plus qui fait une bonne dystopie. Je le conseille aux plus jeunes d'entre vous car ce livre reste très jeunesse.

 

 

Page 99:

"- C'est quoi, ça?

- Saut collectif à l'élastique. Des crétins se jettent d'un pont et la seule chose qui les empêche de se transformer en crêpe ratatinée, c'est une mince sangle synthétique. Il paraît qu'elle s'adapte automatiquement au poids et à la vitesse des corps. Enfin, il paraît...

- Vachement rassurant."

 

Ma note:




Pour lire d'autre avis:

Logo Livraddict


13/02/2016
6 Poster un commentaire

Messager

Au tout début:

"Matty était impatient de terminer les préparatifs du dîner. Il voulait cuisiner, manger et partir aussitôt. Il aurait aimé être adulte pour pouvoir décider de l'heure des repas, et même avoir le droit de les sauter, si l'envie lui en prenait. Il avait une chose à faire, une chose qui l'effrayait. Et l'attente ne faisait qu'accroître son appréhension."

 



De quoi ça parle:

Avant, Village était un havre de paix.
L'hospitalité et la bienveillance y régnaient. On y chantait souvent. Les malheureux y trouvaient refuge et ni leurs faiblesses ni leurs différences n'étaient tenues pour des défauts. Mentor était un maître d'école sage et respecté. Le Troc servait à échanger des biens agréables et nécessaires. Tout autour, Forêt veillait.
Et puis, l'inquiétude et le secret ont fait leur entrée à Village.
Quelque chose a changé.
Marty a naguère été accueilli à bras ouverts à Village, alors qu'il était un réfugié révolté, abîmé par la violence et la misère, et voilà qu'il entend parler d'un projet de fermeture des frontières. Lui qui ne rêve que de guérisons et de vies calmées, grâce au don extraordinaire qu'il vient de se découvrir, il voit les rancœurs, les envies et les peurs naître partout. Même Forêt devient menaçante.
Pourquoi ? Est-il encore temps de revenir en arrière ?

 

Ce que j'en ai pensé:

Pour vous remettre un peu dans le contexte, "Messager" est le tome 3 de la série "Le passeur".

Comme je l'ai déjà dit, j'ai vraiment aimé cette série. Et ce tome est vraiment très bon aussi. Nous retrouvons Matt qui est parti vivre à Village. Et surtout qui a bien grandi physiquement mais aussi moralement. Il n'est plus le gamin sale et vagabond qu'on avait découvert dans "L'élue".

 

J'ai vraiment aimé ce livre, qui est assez ancré dans l'actualité. En effet, Village est ouvert à tous et il accueille tout le monde. Jusqu'à ce qu'un groupe de villageois décide de fermer les limites de Village et de refuser l'entrée aux réfugies.

 

Contrairement aux autres tomes, la vie n'est pas vraiment dure. Je veux dire par là qu'il n'y a pas de dictature ou de groupe qui humilie d'autres personnes. Non à Village tout le monde vit dans la joie et dans la tolérance. Mais tout va changer.

 

Tout cela est écrit comme un conte, je n'ai pas ressenti de violence ou autres. J'ai trouvé que ce livre était tout doux et il m'a permis de souffler entre deux lectures.

 

Si vous aimez les livres doux et rapide à lire, n'hésitez pas à aller vers ce livre.

 

Page 99:

"Ils se levèrent tôt. Le soleil venait à peine de se lever, et, à travers la fenêtre, Matty vit que le jardin était baigné d'une lumière d'ambre. Abondante et serrée autour d'un haut treillage, une plante grimpante qui était entièrement verte le jour précédent s'était couverte de fleurs bleues et blanches. Derrière le treillage, maintenus par de grands tuteurs, de minuscules bourgeons d'asters, rose foncé et jaune au centre, tremblaient dans la brise du matin."

 

Ma note:



Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


05/02/2016
4 Poster un commentaire

Les 100

Au tout début:

"Lorsque la lourde porte coulisse, Clarke sait que l'heure est venue pour elle de mourir.

Les yeux rivés sur les bottes du gardien, elle se prépare mentalement au déferlement de peur panique qui ne va pas manquer de la submerger. Pourtant, tout ce qu'elle ressent lorsqu'elle se redresse sur son lit exigu et décolle de sa peau son chemisier trempé de sueur, c'est du soulagement."

 

 

De quoi ça parle:

Personne n'a posé le pied sur Terre depuis des siècles... jusqu'à aujourd'hui.

Depuis qu'une guerre nucléaire a ravagé la planète, l'humanité s'est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd'hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro... ou de mourir dès leur arrivée.

Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d'elle, cette fille qu'il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et soeurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manoeuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre.

Face à un monde hostile ou chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n'ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l'humanité.

 

Ce que j'en ai pensé:

J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Bon ok, ce n'est pas vraiment une bonne chronique pour l'instant.

 

Mais cette histoire m'a beaucoup plu, j'ai lu ce livre très rapidement. Car l'histoire est vraiment prenante et le style d'écriture est très fluide. Ce qui fait que tout se lit très vite. Il n'y a d'ailleurs pas de temps mort dans l'histoire.

J'ai aimé le fait que chaque chapitre nous parle d'un personnage différent ce qui donne du rythme au récit.

 

Bien sûr la partie ce passant sur la terre est très intéressante, on peut découvrir comment va s'organiser la vie des 100 même si on remarque vite que les travers de l'humanité (chef, sous-chef, trafic, ...) reprennent vite le dessus. Mais j'ai surtout aimé découvrir la vie dans la station spatiale. J'ai beaucoup aimé cette partie.

 

Au niveau des personnages, j'ai bien aimé Clarke qui est quelqu'un qui m'a paru très gentille, toujours prête à aider les autres. J'ai beaucoup aimé Bellamy aussi qui fait tout pour protéger sa soeur. 

Par contre, je n'ai pas du tout aimé Wells qui se prend pour le plus malin. Je l'ai senti faux.

 

Je vous conseille de lire ce livre. J'avais essayé de regarder la série tv et j'avais trouvé que c'était assez violent. Du coup, j'avais un peu peur de lire le livre. Mais j'ai ressenti beaucoup moins de violence dans le livre et je dois dire que cela m'a beaucoup mieux plu.

 

Page 99:

"Glass a passé le reste de la nuit sur le canapé de Luke. Elle est reconnaissante envers Camille de ne pas lui avoir posé de questions lorsqu'elle a refusé de dormir dans l'ex-chambre de Carter. Ils s'étaient mis d'accord sur le fait que Glass serait bien inspirée de rester dans l'appartement de Luke jusqu'à la relève de 6 heures, le nombre de gardes en patrouille diminuant alors sensiblement."

 

Ma note:


Pourquoi j'ai lu ce livre:

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge

J'en suis donc à 1/13 et j'ai lu 364 pages

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


29/01/2016
8 Poster un commentaire

L'élue

Au tout début:

"- Maman?

Il n'y eut pas de réponse. Elle n'en attendait pas. Sa mère était morte depuis déjà quatre jours, et Kira savait que l'ultime souffle de l'esprit était en train de s'échapper à jamais. "Maman." Elle redit le mot tout doucement à ce que, si mystérieux, s'en allait. Il lui semblait sentir son adieu à la manière dont on peut sentir, le soir, le doux murmure de la brise.

Désormais, Kira était seule, absolument seule. Désarroi, solitude, tristesse profonde, tel était son lot."

 


De quoi ça parle:

Dans un monde archaïque et violent qui rejette les faibles, Kira ne doit sa survie qu'à son don exceptionnel pour la broderie.
Le Conseil des Seigneurs l'a choisie pour restaurer et achever la fabuleuse Robe sur laquelle est inscrite toute l'histoire de son peuple. Mais il lui faudra auparavant, avec l'aide du petit Matt, résoudre d'inquiétantes énigmes et retrouver le secret de la couleur perdue...

 

Ce que j'en ai pensé:

Si vous avez lu "Le passeur" ou "Le fils" sachez que ce livre fait partie de la même saga.

 

J'ai vraiment apprécié découvrir la vie de Kira et Matt dans ce village où tout est rarement rose. Les gens sont méchants entre eux, n'attendant qu'une chose pour pouvoir prendre le terrain d'une autre maison.

 

Dans cette dystopie, nous découvrons que le monde est loin d'être beau pour tout le monde. Mais parfois un petit quelque chose, un don pour la broderie, peut changer la vie.

 

J'ai bien aimé la fin aussi même si je ne pensais pas qu'elle se passerait comme cela. Mais j'ai trouvé que c'était une bonne fin avec beaucoup d'espoir.

 

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup aimé Kira bien sur mais aussi le petit Matt qui est l'espérance dans ce livre.

 

En conclusion, je conseille ce livre à tout le monde. C'est une très belle histoire.

 

Et puis n'hésitez pas à découvrir les autres tomes de la saga.

 

Page 99:

"Déteindre. Aviver. Laisser couler. Quelle étrange combinaison de mots!

- Ah oui, les mordants aussi. Faut qu'tu les apprennes. Quelquefois, le sumac. Les gales d'arbres - excellentes. Et quelques lichens. Mais le meilleur c'est... Viens ici, je vais te montrer. Devine un peu d'où qu'y sort, c'mordant-là?"

 

Ma note:


 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


27/01/2016
3 Poster un commentaire

Epic

Au tout début:

"La brume marine se condensait sur la fenêtre. Assis dans la cuisine de la ferme, Erik s'efforçait de ne pas penser à la terrible épreuve qu'affrontait sa mère. Inquiet, immobile, il se concentrait sur les fines gouttelettes, les regardait se fondre l'une dans l'autre, grossis jusqu'à devenir trop lourdes pour coller à la vitre, puis ruisseler selon un parcours imprévisible; elles accéléraient à mesure qu'elles alourdissaient, véritable cataclysme dans le petit monde grouillant de ces perles de bruine."

 

 

De quoi ça parle:

La Terre a été détruite par une guerre sans précédent. Les hommes ont construit, sur une autre planète, une société où toute violence est interdite, et les conflits sont gérés par un jeu vidéo, Epic. Dans ce jeu, chaque citoyen a un alter ego virtuel dont les résultats définissent sa condition sociale.

Avec ses copains d'enfance, Erik, 14 ans, va participer à un tournoi sur Epic qui déterminera son destin dans la société. Ses amis ont choisi d'être représentés par de courageux guerriers, une guérisseuse et une sorcière. Contre toute attente, Erik, lui, prend pour avatar Cindella, une jeune aventurière, peu armée mais séduisante et astucieuse.

Grâce à Cindella, Erik a un regard neuf sur Epic et découvre les failles du jeu. À travers elle, le garçon se lance dans une formidable quête qui le conduira à remettre en cause les bases mêmes de la société...

 

Ce que j'en ai pensé:

J'avais reçu ce livre dans ma box de Pandore du mois de janvier 2015. Du coup je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, je ne savais même pas trop de quoi ce livre pouvait parler.

 

Du coup c'était totale surprise pour moi.

 

Au début, j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'univers mais au bout du compte, j'ai réussi à être happé par l'histoire et je n'ai plus su lâcher le livre.

 

J'ai apprécié ce monde où tous les conflits sont réglés à travers un jeu vidéo, où les gens font des requêtes au gouvernement à travers des arènes de combat. Mais comme partout, certains se prennent pour plus fort que les autres et s'approprient les richesses. Et tout part de là. Les enfants des ouvriers vont alors tout faire pour changer le système.

 

J'ai bien aimé l'équipe montée par Erik et ses amis. Ils vont explorer le jeu Epic dans les moindres détails, trouver les failles et surtout tout faire pour les exploiter. Ils ne font pas ça pour leur propre gloire mais pour sauver le monde. Ils vont rester souder jusqu'au bout. Ce livre est vraiment rempli d'amitié, d'entraide et de courage.

 

Bien sur cela reste un livre jeunesse et il est surtout à conseiller aux plus jeunes car c'est assez simple à lire. Mais je pense que tout le monde peut y trouver son compte. En effet, les scandales politiques, les jeux vidéo, les aventures, ... s'y retrouvent.

 

Le seul point négatif que j'ai relevé est le fait que j'ai parfois eu du mal à m'y retrouver entre les moments où ils sont dans le jeu et les moments dans la vie réelle. Mais à part cela, j'ai vraiment apprécié ma lecture.

 

Ma note:

 

 

Page 99:

"Peu de plaisirs égalaient celui qu'on éprouvait en entrant dans l'univers d'Epic sous les traits du Bourreau. Tel un dieu oublié, il se déplaçait parmi les joueurs; ceux qui croisaient le personnage ignoraient qu'il était animé par une conscience humaine et que, sur un caprice, il pouvait prendre la vie de n'importe lequel d'entre eux.

Après avoir tapé le mot de passe, connu des seuls membres du Centre des affectations, Ragnok se détendit sur son siège, goûtant chaque seconde tandis que le Bourreau apparaissait à l'écran sur sa plate-forme et pivotait lentement."

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


30/09/2015
4 Poster un commentaire

Les oubliés, tome 1: Derniers jours

Au tout début:

"Assise dans l'arbre, j'arrache un nouveau fruit en riant. Au-dessus de moi, Simon et Aurore m'imitent. Je croque dans la pêche, le goût doux et sucré coule dans ma gorge et le long de mon menton.

- Tu es vraiment sale! s'exclame Aurore en me jetant son noyau sur la tête. Tu ne pourrais pas manger proprement!

Je lui souris de toutes mes dents avant de mordre à nouveau dans la chair tendre et savoureuse."

 

De quoi ça parle?

An 250 après la IVème guerre mondiale.
Seules quelques grandes villes parviennent à subsister et leurs populations à survivre grâces aux coupoles qui les protègent du monde extérieur.
Chaque année, le Nouvel Ordre Mondial détermine l’avenir des jeunes de seize ans. Et chaque année, certains d’entre eux disparaissent.
On les appelle les Oubliés.

 

Et voici ce que j'en ai pensé:

Encore une dystopie me direz-vous? Et c'est vrai, mais j'aime assez ce genre du coup pourquoi s'en privé surtout avec un livre comme celui-ci.

 

Nous suivons donc Eléa le jour de la Rafle, le jour où le N.O.M fait passer des tests aux jeunes de 16 ans pour déterminer leurs affectations. Elle sera soit ouvrière, soit Grandes, soit oubliées.

Les oubliés sont des jeunes qui, lors de la Rafle, disparaisse et personne ne les revoit plus jamais.

 

J'ai vraiment aimé cette histoire et j'ai eu de bonnes surprises dès le départ. Tout se passe assez rapidement mais nous faisons des découvertes tout le long du récit. Je n'ai jamais ressenti le sentiment d'être perdue, de ne pas comprendre ce qui se passait. Ce qui arrive souvent dans d'autres récits du genre où les révélations arrivent généralement toute en même temps à la fin. Ici, non, nous recevons les révélations, au fur et à mesure.

Il y a quand même un moment où je me suis demandé quoi, mais j'ai décidé de me laisser porter. C'est lors des interventions de Clara. Mais au fur et à mesure nous la découvrons et j'ai petit à petit compris (ou pas en fait) qui elle pouvait être. Mais je n'en dit pas plus pour ne pas vous spoiler.

 

Et puis la fin, non mais c'est quoi ça???? Jusqu'au bout, j'y ai cru mais en fait .... Pour comprendre il vous faudra lire ce livre.

 

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup aimé Eléa et Izzie qui sont prêtes à tout mais qui sont pleines de joie et pleines d'humour. J'ai aussi bien aimé Gabriel, au début et puis... Je sais plus. En fait, j'ai aimé tous les personnages, sauf Simon. Je n'ai pas du tout accroché à ce personnage. Je me méfie tout le temps de lui. Il ne me revient pas.

 

Mais je vous rappelle que c'est un tome 1 et qu'il va falloir attendre un an pour avoir la suite!!!!! Non mais.... Je vais jamais tenir moi.

 

Si vous aimez le genre dystopique, n'hésitez surtout pas à lire ce livre.

 

Page 99:

"Alors que nous approchons du réfectoire, nous croisons Pablo et Simon qui en sortent.

- Salut les filles, lance Pablo.

- Eléa! Ca va mieux aujourd'hui?

Simon me prend dans ses bras et me serre très fort. Je le repousse légèrement d'une main sur le torse afin de pouvoir lever la tête vers lui.

- Oui, oui. La nuit m'a fait du bien. Je me sens mieux. Mais je m'inquiète beaucoup pour Aurore alors parfois, je suis un peu absente.

J'ai horreur de lui mentir. Enfin, même si dans un sens, je ne lui mens pas vraiment... je ne lui dis simplement pas toute la vérité. C'est la première fois que cela m'arrive."

 

Ma note:


 

Pourquoi j'ai lu ce livre?

C'est un livre qui est sorti lors de la rentrée littéraire en septembre (le 8/09/2015) et du coup je l'ai lu dans le cadre du challenge

La consigne de septembre était de lire un livre de la rentrée littéraire (alors je sais pas si ce livre compte mais pour moi c'est un livre de la rentrée littéraire lol).

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 


16/09/2015
6 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser