Passion des livres

Passion des livres

Nouvelles


Nouvelles à contresens: contes d'hier et de demain

Au tout début:

"L'octogénaire sans hobby doit tuer le temps... en attendant la réciproque. Et quel meilleur passe-temps que le remonter? L'historien ou le biographe saura s'intéresser à des évènements significatifs ou à des hommes célèbres."

De quoi ça parle:

Ce recueil de contes est composé à rebours du temps?: nous remontons les ans depuis 2018 — un futur proche, au moment de la parution du livre — jusqu’en 1918.

De brèves histoires pour illustrer chacune des décennies calendaires du siècle qui vient de s’écouler, des personnages pittoresques ou attachants rencontrés, des moments cocasses vécus, des souvenirs intimes, voire des commérages. Voici les éléments qui composent ces historiettes.

Ces récits prennent lieu au sein de bourgades du Sud, jusqu'à Ankara, en passant par Benghazy, et nous font voyager autant émotionnelement que culturellement.

Ce que j'en ai pensé:

Il est vrai que le genre "nouvelle" n'est pas trop mon truc mais quand les éditions publishroom m'ont proposé ce livre avec les sorties du mois, j'ai eu envie d'essayer.


Et j'ai pas mal aimé.


Chaque nouvelle raconte donc l'histoire d'une personne normale, d'une personne du peuple. En partant de 2018 et en remontant le temps jusqu'en 1918.


Ce sont toutes de très petites nouvelles, quelques pages tout au plus.
Et elle raconte des petites anecdotes de la vie de tous les jours.


J'ai trouvé dommage que le début de chaque nouvelle, nous présente le personnage de l'histoire. Bien sur pour apprécier quelqu'un il faut nous le présenter mais j'ai trouvé que les présentations étaient un peu longues par rapport à la longueur de l'histoire en elle-même.
Par contre j'ai aimé que certaines nouvelles reprenaient les mêmes personnages. On les découvre ainsi une décennie avant l'histoire précédente. C'est plutôt bien.


Chaque histoire nous raconte donc une histoire, souvent dans un petit village rural. Mais tout en remontant dans le temps, on peut voir que rien n'a vraiment changé. Les politiques, les problèmes financiers (ou pas), les retraites, ... Tout est différent mais tout est pareil.


En conclusion, n'hésitez pas à lire ce petit livre qui vous fera voyager en France et à l'étranger mais aussi voyager dans le temps.

À lire si... vous aimez les nouvelles, si vous aimez découvrir les histoires de gens normaux, des gens du peuple



À ne pas lire si... vous n'aimez pas les histoires très courtes

 

Page 99:

"L'instituteur venait donc de la région de Carmaux. Il avait été élevé apr sa mère qui avait accepté un emploi pénible dans les mines, après le déècs de son époux. Il ne s'était jamais fait particulièrement remarquer ni en bien, ni en mal. Boursier, il avait poursuivi des études moyennes à l'école primaire supérieure d'Albi, puis avait été admis à l'école normale d'instituteurs du département; il avait toujours donné l'impression de vouloir réussir, son acharnement compensant des qualités intellectuelles médiocres.

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

Je voudrais remercier les éditions

De me permettre de découvrir leur publication et de vous les faire partager. Si vous voulez découvrir ce livre, n'hésitez pas à cliquer sur la couverture en début d'article.

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


19/03/2017
0 Poster un commentaire

13 à table!

Au tout début:

"Comme chaque année, la famille se retrouvait au grand complet pour le réveillon de Noël chez Olympe à Paris. En tant qu'aïeule, elle ne se déplaçait plus, on venait à elle. Sa fille, Pauline, avec son mari et leurs trois grands enfants, ainsi que son fils, Louis, avec sa nouvelle femme et leur bébé."

 


De quoi ça parle:

13 des plus grands auteurs français actuels pour 13 nouvelles autour d'un thème commun: un repas. 

Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues...

Du noir, de la tendresse, de l'humour, de l'absurde, à chacun sarecette.

 

13 repas à déguster sans modération, alors à table!

 

Ce que j'en ai pensé:

Même si ce n'est pas vraiment mon truc les nouvelles, je ne pouvais pas passer à coté de ce recueil qui était vendu au profit des restos du coeur.

 

Je ne connaissais pas tous les auteurs présents dans ce livre et je dois dire que j'ai eu de bonnes surprises. Certaines des nouvelles m'ont beaucoup plu, j'ai trouvé Celle d'Agnès Ledig très mignonne par exemple avec une chute tout à fait magnifique. Ou celle d'Alexandra Lapierre qui m'a fait rire.

Mais certaines nouvelles n'étaient pas du tout à mon goût comme celle de Chattam, qui en m'a pas du tout plu pourtant c'est un auteur que j'aime beaucoup.

 

Mais cela reste des nouvelles, et je n'aime pas trop ce côté trop court, qui ne permet pas de développer plus l'histoire et d'approfondir les personnages.

 

Mais bien sûr je vous conseille d'acheter ce livre (et celui de 2016 aussi) car c'est pour une bonne cause.

 

Page99:

" Le second repas dont je souhaite vous parler se déroule alors que j'ai à peine vingt ans. Je suis pyrotechnicien, et je passe mon temps à faire brûler ou exploser des choses pour des films. Lors d'un tournage aux studios de Pinewood en Angleterre, un accident à eu lieu et un père de famille y a laissé la vie. A cette époque pas très éloignée, le sens social des entreprises est encore développé et la direction prend soin de ceux qui souffrent au-delà du cadre légal. Je ne connais pas la victime et je ne participe pas au tournage sur lequel s'est déroulé le drame. Je n'ai vu qu'une photo et une fiche administrative interne: 38 ans, marié, trois enfants dont deux en bas âge."

 

Pourquoi j'ai lu ce livre:

Comme je le disais plus haut, ce livre est vendu au profit des restos du coeur. J'ai donc lu ce livre pour cette association. Car l'achat d'un livre permet de distribué 3 repas. 

 

Ma note:


 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


07/01/2016
4 Poster un commentaire

Maîtres du jeu

Au tout début:

D'abord, c'est la culpabilité qui s'insinuera en toi, doucement. Pour te dévorer de l'intérieur, lentement. Et puis viendra enfin le châtiment. Mon châtiment..."

 

 

De quoi ça parle:

Il y a des crimes parfaits.
Il y a des meurtres gratuits.
Folie sanguinaire ou machination diabolique, la peur est la même. Elle est là, partout : elle s insinue, elle vous étouffe... Pour lui, c est un nectar. Pour vous, une attente insoutenable. D où viendra le coup fatal ? De l ami ? De l amant ? De cet inconnu à l air inoffensif ? D outre-tombe, peut-être...

Ce recueil comprend les nouvelles Post-mortem et J aime votre peur.

 

Et ce que j'en ai pensé:

Voici une auteure dont j'ai déjà beaucoup entendue parler sur les blogs. Et tout le monde m'a l'air de pensé qu'elle est une grande maître du thriller. Pour ma part je ne connaissais pas du tout. Du coup, quand ma binôme Biname, m'a proposé de le découvrir en me donnant ce petit recueil, j'ai tout de suite sauté sur l'occasion.

 

Malheureusement, le genre nouvelle, n'est pas du tout un genre que j'affectionne. Ces textes sont trop courts, je n'arrive pas à entrer dans l'histoire que cela est déjà fini. C'est dommage.

 

En lisant les autres avis sur ce livre, je me suis rendu compte que la première nouvelle en avait soufflé plus d'un. En effet, la fin est complètement bluffante et elle m'a moi-même laissé sur le derrière. Mais à coté de ça, je n'ai pas ressenti de suspense. Je n'ai pas non plus pu m'accrocher aux personnages. Ils m'ont même un peu énervée. Je les ai trouvés trop imbus d'eux-même.

 

Pour la deuxième, j'ai bien aimé la lecture mais sans plus. Vite lue, vite oubliée.

 

Je pense que peut-être, je suis passée à coté de ses nouvelles. Mais en tous les cas, je n'ai pas de livre de cet auteur dans ma pal, et je ne pense pas en avoir bientôt. Je n'aurais peut-être pas dû commencer par celui-là et commencer par un roman. Mais malheureusement pour elle, j'ai commencé par celui-ci du coup ce ne sera pas pour tout de suite que je la découvrirai.

 

Mais je vous conseille quand même ce livre, si vous aimez le genre nouvelle et que vous aimez les thrillers macabres et noirs.

 

Page 99:

"- Le type dans le coffre n'a plus ni vêtements, ni papiers, monsieur le directeur. On suppose donc que Hénot a usurpé son identité et volé sa voiture. D'après le légiste, le décès remonte à hier matin.

- Il faut trouver le nom de ce cadavre, Dumonthier! en déduit astucieusement le patron.

- C'est ce que nous nous employons à faire... Il faudrait surtout savoir dans quel véhicule il se déplaçait. Nous montrons sa photo à un maximum de riverains, mais comme le temps presse, j'aimerais la diffuser aux infos régionales ce soir.

- Excellente idée, Dumonthier. La photo d'un macchabée à la télé, pile à l'heure du dîner, voilà qui va nous rendre populaire!

- Arrêter Maxime Hénot, voilà ce qui nous rendra populaires, monsieur. Surtout s'il commet un meurtre par jour; Le visage de l'inconnue n'est pas trop abîmé, on dirait qu'il dort. Vous pouvez essayer de faire retoucher le cliché pour qu'il ait l'air vivant.

- Ok, je vais voir ce que je peux faire.

- C'est notre seule piste pour l'instant, monsieur. Pensez-y...

 

Ma note:


Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


17/12/2015
9 Poster un commentaire

La malédiction de Chango


Quand Franck Carnac, un ex-militaire reconverti en tueur à gages, est envoyé à Cuba pour éliminer un français terré à Santiago de Cuba, il ne se doute pas que cette mission sera différente des autres...
Confronter aux légendes les plus anciennes de cette ile millénaire, le tueur découvrira que ses démons intérieurs ne sont rien en comparaison de ce qui se cache dans les entrailles de Cuba...

Tout d'abord, je voudrais remercier Christophe Semont de m'avoir fait confiance en m'envoyant une copie de son livre au format epub. J'ai été ravie de pouvoir découvrir cet auteur à travers cette nouvelle.

 

Voilà une nouvelle très intéressante.

 

J'ai apprécié l'histoire et les explications sur la santeria et les différents orishas. On découvre un petit peu cette religion et ces croyances cubaines.

 

Le début de l'histoire est la légende de Chango et de sa malédiction. J'ai eu du mal à voir le lien entre Franck, sa mission et la légende de Chango mais ce lien apparaît petit à petit au fur et à mesure de l'histoire. L'auteur, nous amène tout doucement à la malédiction et du coup à la légende du début. La légende prend vie sous nos yeux grâce à l'auteur et à son style d'écriture.

 

Au niveau des personnages, je n'ai pas trop accroché à Franck, un peu trop alcoolique à mon gout. Mais j'ai bien aimé la grand-mère, qui n'hésite pas à aider un parfait inconnu.

 

J'ai passé un très bon moment avec cette nouvelle, une écriture assez fluide, les chapitres se suivent et je n'avais pas envie de m'arrêter entre chaque chapitre. D'ailleurs je ne me suis pas arrêtée et j'ai terminé ce livre en une journée.

 

N'hésitez donc pas à lire cette nouvelle surtout si vous aimez les légendes et leurs mises en pratique. Et si vous aimez Cuba et son histoire.

 

"Un air chaud et salé soufflait du large et, malgré les vitres ouvertes, l'atmosphère restait moite à l'intérieur de la voiture. Contrairement à La Havane, Santiago avait été épargnée par les projets architecturaux initiés par Batista sous influence américaine. Santiago de Cuba était une ville cosmopolite qui ne s'était jamais vraiment débarrassée de son passé colonial. Dans les rues du centre, les descendants des esclaves africains qui assuraient jadis l'exploitation des mines du cuivre côtoyaient les arrières petits-enfants des immigrants français venus d'Haïti au dix-neuvième siècle. Franck écoutait d'une oreille distraite les explications de son chauffeur qui s'improvisait guide touristique pour l'occasion. Son mal de tête l'empêchait de se concentrer sur la conversation qui tournait au monologue. De toute façon, il n'était pas là pour découvrir l'histoire de la ville.

Ils remontaient la rue Heredia quand Onofre Vega ralentit et pointa le doigt vers une imposante bâtisse."

 

Pour lire d'autre avis:

Logo Livraddict

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


12/06/2014
2 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser