Passion des livres

Passion des livres

Contemporain


Sukkwan Island

Au tout début:

"On avait une Morris Mini, avec ta maman. C'était une voiture minuscule comme un wagonnet de montagnes russes et un des essuie-glaces était bousillé, alors je passais tout le temps mon bras par la fenêtre pour l'actionner. Ta maman était folle des champs de moutarde à l'époque, elle voulait toujours qu'on y passe quand il faisait beau, autour de Davis. "


De quoi ça parle:

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Ce que j'en ai pensé:

Je vais avoir beaucoup de mal à faire cette chronique car je ne saurais pas dire si j'ai aimé ou pas cette histoire.

Au départ, j'ai aimé découvrir le mode de vie très dur de ce père et ce fils. En effet, c'est assez difficile de vivre au milieu de l'Alaska. Mais j'ai vite déchanté, j'ai trouvé que le père s'apitoyait beaucoup trop sur son sort. Il ne s'occupe pas de ce que son fils peut ressentir. Tout ce qui l'intéresse ce sont ses problèmes à lui qui sont, pour moi, un peu futile.

 

La première partie m'a captivé. J'ai juste trouvé que certains "drames" arrivaient comme ça, sans préavis. Ils sont racontés tous sur le même ton, vous lisez une phrase et dans la suivante il se passe quelque chose qui n'était pas vraiment prévu, qui vous tombe dessus comme ça. J'ai trouvé ça dommage, un petit peu de suspense aurait apporté un petit plus à l'histoire.

 

Dans la seconde partie, j'ai trouvé que le père était vraiment à secouer. Il s'apitoie sur lui-même, il prend vraiment des décisions complètement absurdes.

 

Vous l'aurez compris, le personnage du père ne m'a pas du tout plu. J'avais juste envie de le baffer. Quant au fils, il m'a plutôt fait de la peine, c'est un ado qui doit vivre sa vie, faire des conneries, sortir avec ses amis pas aller se planquer au milieu de l'Alaska. Ce qui revient à ce que je disais au début, le père ne pense qu'a lui et surement pas à ses enfants.

 

En conclusion, un avis très mitigé. Même si l'histoire n'était pas mal au début, les réactions des personnages m'ont beaucoup dérangé.

 

À lire si... vous aimez les grands espaces, si vous aimez les huit-clos au grand air.

 

À ne pas lire si... les personnages qui s'apitoie sur eux-même vous énervent.

 

Page 99:

"non. Roy se sentait affreusement mal. Je suis désolé, fit-il.
C'est pas grave, dit son père. Si tu dois t'en aller, alors vas-y. Je ne te retiens pas.

Roy avait envie de répondre qu'il allait rester, mais il n'y parvenait pas. Il savait que d'horribles malheurs lui tomberaient dessus s'il restait. Il fit la vaisselle et ils se couchèrent."

 

Ma note:




Pourquoi j'ai lu ce livre:

Je sais que le challenge est terminé mais j'ai décidé d'essayer de le finir quand même pour moi. Du coup j'ai lu ce livre pour le challenge


Et donc ce livre se déroule dans l'état de l'Alaska

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict


05/02/2017
6 Poster un commentaire

La porte des Enfers

2002, dans un restaurant de Naples, Filippo Scalfaro accomplit sa vengeance : il poignarde au ventre un client puis, le couteau sur la gorge, il le force à l’accompagner dehors, le fait monter dans une voiture, prend la direction du cimetière. Parvenu là, il le traîne jusqu’à une tombe et lui en fait déchiffrer l’inscription. Puis il lui tranche les doigts des mains et le laisse là, saignant et gémissant.
1980, dans les rues encombrées de Naples, Matteo tire par la main son fils et se hâte vers l’école. A un carrefour, soudain éclate une fusillade. Matteo s’est jeté à terre, couchant contre lui son petit garçon. Quand il se relève, il est baigné du sang de l’enfant, atteint par une balle perdue. 2002, après un dernière visite à “tante Grace”, prostituée et travesti qui l’a vu grandir, celui qui a accompli sa vengeance peut enfin quitter Naples et, roulant vers le Sud, partir à la recherche des siens, disparus depuis l’époque du grand tremblement de terre.
1980 : le deuil a édifié peu à peu un mur de silence entre Matteo et sa femme Giuliana. Matteo ne travaille plus. Toutes les nuits, il roule dans son taxi à travers les rues de Naples, sans presque jamais prendre de client. Il sait bien ce que Giuliana attend de lui : qu’il retrouve et punisse le responsable. Mais il en est incapable. Un soir, les circonstances le conduisent dans un minuscule café-bar, où il fait notamment la connaissance d’un Professeur qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers et la possibilité d’y descendre…

 

En commençant ce livre, je ne connaissais même pas son titre étant donné que je l'ai reçu d' unchocolatdansmonroman comme livre mystère. Ce qui fait que je n'avais aucune idée d'à quoi m'attendre.

 

Si j'avais dû le choisir moi-même, je ne l'aurais pas fait et cela aurait été dommage. En effet ma lecture a été un très bon moment.

 

Je ne mentirai pas en disant que ce livre est beau. Non, ce n'est pas "beau", c'est sombre, triste, sans espoir. J'ai souvent ressenti beaucoup de désespoir. Nos personnages, que ce soit Pippo en 2002 ou Mattéo et ses amis en 1980, n'ont plus du tout d'espoir, ils ne sont même plus en "vie".

 

Au départ, je me suis beaucoup demandé où tout cela allait me mener et je m'attendais à des métaphores. Mais non, l'histoire est elle-même. Telle qu'elle est écrite, pas de métaphore, tout est dit comme cela se passe.

 

Pour ce qui est du style de l'auteur, je l'ai trouvé très fluide, de très petits chapitres, peu de dialogue mais cela n'est pas du tout dérangeant. J'ai tourné les pages sans arrêt. J'ai vraiment été happée par cette descente aux enfers et je voulais connaitre la suite de l'histoire.

 

La fin m'a un peu semblé, quand même, un peu rapide malheureusement. Je serais bien restée encore un peu en Italie.

 

Au niveau des personnages, j'ai bien accroché aux quatre amis, Mattéo, Don Mazzerotti, Garibaldi et Grâce. J'ai trouvé que ces quatre âmes perdues c'étaient trouvées.

 

En conclusion, n'hésitez pas à lire ce livre mais allez-y sans aucun à priori, sans aucune attente pour entrer dans l'histoire à 100%.

 

"- Ce qui est vide ici est plein là-bas, dit-il. Ce qui est déchiré ici est intact là-bas."

 

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


01/03/2015
8 Poster un commentaire

Trois éclats toutes les vingt secondes

Au large du Finistère, là où la terre finit, où le plus grand cimetière marin du monde murmure ses légendes, une île: l'île de Sein. Emma et son fils, Camille, sept ans, y débarquent pour passer les deux mois d'été. La jeune mère est désespérée: contrainte à cet exil par son mari, elle éprouve les plus grande difficultés à comprendre son fils, à l'intelligence aiguë et au caractère imprévisible. Et si le jeune garçon s'enthousiasme immédiatement pour l'île, Emma résiste malgré le soutien d'Armelle, la restauratrice au grand cœur, de Ronan, marin de la navette quotidienne avec la grande terre, et de Louis-Camille, compositeur solitaire. Entre ciel et mer un drame se joue. La magie de l’île bretonne réussira-t-elle à sauver la mère et son enfant ?

 

Tout d'abord je voudrais remercier les éditions JC Lattès et livraddict pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

 

Il est vrai que ce n'est pas du tout mon univers de lecture mais en découvrant le résumé et la couverture, j'ai eu envie de lire ce livre. C'est pourquoi je me suis inscrite pour ce partenariat.

 

Et j'ai bien fait, car ce livre est un petit bijou breton. J'ai vraiment bien apprécié ma lecture, tout en douceur et pleines d'embruns et de soleil marin.

 

Au début, j'ai eu beaucoup de mal d'apprécier Emma, qui est une jeune mère qui a beaucoup de difficultés à s'occuper de son fils, Camille. Ce petit garçon est très intelligent, très remuant, très curieux mais en manque d'amour.

J'ai vraiment aimé découvrir la complicité qui va s'installer entre Camille et Emma, mais aussi entre Emma et l'île de Sein.

 

En effet, nous suivons l'histoire d'Emma, qui est en vacances sur l'île de Sein avec interdiction de la quitter. Au début, elle n'aime pas du tout se trouver là mais petit à petit, nous allons découvrir l'île avec Emma et Camille. Et puis surtout, nous découvrons comment Emma va aimer cette île et ses habitants de plus en plus jusqu'à son départ.

 

Du point de vue de l'écriture, j'ai trouvé ce livre très bien écrit. D'une écriture fluide, qui se lit très facilement. J'ai pris du plaisir à le lire, mais surtout j'ai pu me détendre lors de cette lecture. J'ai rêvé à la Bretagne et ses îles et je ressentais le vent et le soleil en même temps que Camille et sa mère.

Et la fin m'a replongé dans mes souvenirs de fin de vacances, j'ai ressenti toute cette nostalgie que l'on ressent, le 31 août, alors que l'on sait que nos instants de libertés vont se terminer. Cette nostalgie que l'on ressent en regardant l'océan quelques heures avant de reprendre le chemin vers la maison.

 

Je pense qu'un livre qui nous rappelle des souvenirs d'enfance ou qui nous rappelle des sentiments d'enfances est un bon livre. Ce qui fait que celui-ci est très bon.

 

Pour ce qui est des personnages, j'ai découvert petit à petit Emma et je l'ai détesté au début et puis apprécié de plus en plus au fur et à mesure du récit.

J'ai vraiment beaucoup aimé Camille, ce petit garçon curieux de tout mais pleins de certitudes.

Et puis, j'ai beaucoup aimé tous les habitants de l'île, Louis-Camille, Armelle, Ronan. Toutes ces personnes sont de vrais gentils qui ne demandent qu'à devenir ami avec Emma et Camille.

 

Dernier point, la couverture est vraiment très jolie. Et représente plutôt bien, l'ambiance de ce livre.

 

Si vous aimez la Bretagne, l'ambiance de tempête et de grand vent, de mer démontée, ... N'hésitez pas à lire ce très beau livre.

 

"- Je suis content que ça te plaise. C'est un très joli petit morceau, La Cloche d'Ys, d'un poète breton, qui s'appelle Théodore Botrel. Tu as entendu parler de la légende de la ville d'Ys?

- Bien sûr que je la connais! Le roi Gradlon, roi de Cornouailles, et sa fille Dahut... La ville engloutie, la plus belle ville du monde. Et son église... C'était tout près d'ici. Dahut vit toujours, mais elle est transformée en sirène et s'appelle maintenant Marie-Morgane."

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 


23/11/2014
2 Poster un commentaire

L'instant précis où les destins s'entremêlent

Une tache rouge sombre sur l’oreiller, juste sous les cheveux de sa maman morte sous les coups de son mari, le père de Kyle : voilà ce que le petit garçon a vu, à cinq ans… Comment peut-on vivre après cela ? Kyle se lance à cœur perdu dans la musique, que sa mère aimait tant… Vingt ans après le crime, leader d’un groupe rock à la mode, il est célèbre dans le monde entier. Mais inapte au bonheur.
Coryn, seule ?lle d’une fratrie de onze enfants, est tombée dans le piège ourdi par son père pour la sortir de la misère : épouser un homme riche, « fou amoureux » d’elle. Surtout fou. D’une jalousie maladive, d’une violence inouïe, il lui fait trois enfants et la coupe du reste du monde. Tous ses rêves se sont envolés.
Comment cette star internationale et cette prisonnière pourraient-elles se rencontrer ? Un accident de voiture va pourtant les réunir un instant, celui où les destins s’entremêlent. C’est suf?sant pour qu’ils se «reconnaissent » sans bien savoir pourquoi et se laissent attirer dans une toile amoureuse tissée au jour le jour, malgré l’éloignement, la peur pour elle et, pour lui, l’emprise d’un métier dévorant. Parviendront-ils à vivre ce que leurs sentiments leur inspirent ?

 

Dans le cadre du challenge

Anaisfleur, à choisi pour le mois de septembre, 3 livres pour moi:



Et j'ai donc choisi

 

Je n'ai pas l'habitude de lire ce genre de livre mais, lorsque Anaisfleur, me l'a proposé dans le cadre du challenge, j'ai décidé de le lire et je ne regrette pas du tout ce choix.

 

J'ai vraiment bien accroché aux histoires. Et oui, aux histoires car au début nous suivons en parallèle les histoires de Coryn et de Kyle.

 

Bien sur, les histoires ne sont pas des plus gaies mais nous n'allons jamais dans le patho. Je n'ai jamais ressenti la tristesse de chacun. La colère, l'espoir, la désillusion et l'amour, ça oui, je l'ai bien ressenti mais je n'ai jamais ressenti de tristesse.

 

J'ai aussi aimé suivre les deux histoires en parallèle. Ça ne m'a pas du tout embrouillée. J'ai vraiment suivi avec facilité. Ce qui m'a plu c'est les petits chapitres qui permettent d'aérer le récit.

 

Au point de vue des personnages, j'ai bien accroché à Kyle. Même s'il est un peu hanté par son passé et très perturbé. J'ai trouvé qu'il savait apporter de l'espoir à tous ses fans.

J'ai aussi bien aimé, Jane qui est un peu le pilier de la vie de Kyle. Et la personne stable dans sa vie. Mais aussi dans la vie de nombreuses femmes battues.

Et puis Coryn, bien sur, que j'ai eu envie de protéger en permanence même si elle est bien plus forte qu'elle ne le croit.

Il y a un autre personnage que j'ai bien apprécié, c'est l'Amour, qui fait partie intégrante du roman, qui y est présent comme un personnage. J'ai vraiment ressenti l'amour qui unit les personnages (Jane et Kyle, Kyle et les autres membres du groupe, Kyle et Coryn, Coryn et ses enfants, ...)

 

Par contre, je n'ai pas trop apprécié Patsi, elle m'a semblé trop capricieuse, trop énervante.

 

Un très bon livre sur un sujet assez difficile à aborder. Si vous aimez les histoires d'amour, n'hésitez pas à le lire.

 

"Hold you in my arms"

 

"C'est ça la beauté de la musique, on ne peut pas te l'enlever"

 

"- Il est fou de toi, lança Mme Benton en la rejoignant. C'est une bague neuve. Pas celle de sa mère!

- Et toi, tu l'aimes? demanda Timmy qui la talonnait.

Sa mère lui balança une gifle. L'araignée remonta dare-dare se mettre à l'abri au plafond.

- Qu'est-ce que j'ai dit? répondit-il en esquivant de justesse une seconde envolée.

- Evidemment qu'elle l'aime! Jack est une telle chance! Jack est un cadeau inouï! I - nou - ï!"

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


18/10/2014
10 Poster un commentaire

Le mystère du pont Gustave-Flaubert

Lorsque j'ai découvert sur les blogs littéraires une proposition de Pierre Thiry, j'ai sauté sur l'occasion.

 

Cet auteur proposait d'envoyer son livre contre une chronique sur mon blog. Et dès que j'ai reçu ce livre, j'ai commencé sa lecture.

 

Donc avant de commencer je voudrais remercier Pierre Thiry de m'avoir fait confiance en m'envoyant son livre et surtout le remercier de la petite dédicace au début du roman. J'étais toute contente en la découvrant et en découvrant Charles Hockolmess, le chat, sur cette dédicace.

 

 

Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert... Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s'emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce "roman", très imaginaire, où il est question : d'un vélo volé, d'un opéra disparu, du détective privé Jules Kostelos, d'une bibliothécaire portant le nom de Salammbô, du chat noir Charles Hockolmess et d'un rassemblement de vieux grééments à Rouen en 2017, apportera-t-il une réponse ?

 

Certains livres vous changent et puis certains livres vous apportent une pointe de plaisirs sans que l'on ne sache vraiment pourquoi. Le mystère du pont Gustave-Flaubert est de ceux-là.

 

J'ai beaucoup apprécié cette lecture. Le livre démarre sur ce vol de vélo et nous voilà happé dans l'univers de Jules Kostelo, notre détective.

 

J'ai aimé me plonger dans cet univers fait de livres et de récits historiques. La place faite aux livres dans ce récit est vraiment plaisante. On le découvre en tant qu'objet avec ses mots, ses virgules et ses points-virgules. Mais aussi en tant qu'outil pour apprendre, pour découvrir de nouveaux récits.

 

Le style de l'auteur est assez particulier. Mais j'ai aimé les différents jeux de mots, l'écriture imagée et en même temps réel. J'ai découvert l'armada de Rouen, Gustave Flaubert et Bottesini à travers les yeux de Jules Kostelo et de son chat.

Et, étant musicienne, ce livre m'a permis de découvrir l'univers de Bottesini et ce Charlie Mingus.

 

 

Je ne connais pas du tout Flaubert mais cela ne m'a pas du tout dérangé dans la lecture de ce livre. Beaucoup d'extraits sont repris dans le livre mais ils sont bien renseignés en dessous du page et cela permet si on le désir de continuer à découvrir Flaubert et son oeuvre.

 

Alors même si ce livre n'est pas trop dans mon style et mon univers, j'ai passé un très bon moment à la recherche du vélo. L'écriture est très claire et très aérée. Les pages défilent très rapidement et même si les chapitres peuvent sembler très longs, on arrive souvent très vite à la fin des chapitres.

 

N'hésitez pas à lire ce livre si vous aimez Flaubert ou si vous avez envie de le découvrir.

 

"Toutes les mers veillent. Jour et nuit, bercés par la houle, ils viennent, sur leurs gondoles, sous leurs masques vénitiens. Jour et nuit, ils veillent, pailletés sous leurs masques de carnaval, éclatant de couleurs. Ils voguent, accompagnés d'énormes contrebasses. Ils rament, résolument, lourdement. Ils naviguent à la lueur de la lune, la nuit; sous les éclats du soleil, le jour. Par les nuits sans lune, ils continuent d'avancer, fêtards permanents d'un carnaval qui ne s'arrête jamais.

Il y a toujours sur un océan, quelque part, une troupe de saltimbanques chamarrés qui rythment les vagues de leurs lourdes rames, sonores. Il y a toujours quelque part une troupe de tambourineurs qui frappent les vagues de l'océan pour les faire venir vers la rive, pour amener la brise du dehors jusqu'aux embrasures de leurs fenêtres où les rideaux flottent comme des voiles..."

(j'ai vraiment apprécié cette citation, les saltimbanques chamarrés et les tambourineurs. J'adore la mer et l'océan et je retrouve bien tout ce que je ressens face à la mer dans cette citation, merci à l'auteur pour ce moment de plaisir)

 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


24/06/2014
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser