Passion des livres

Passion des livres

22/11/63

 

Au tout début:

 

"J'ai jamais eu "la larme facile", comme on dit.
Si j'en crois mon ex-épouse, mon "gradient d'émotion inexistant" est la raison principale pour laquelle elle m'a quitté (comme si le mec qu'elle avait rencontré à ses réunions des Alcooliques anonymes n'y était pour rien). Christy supposait qu'elle pouvait me pardonner, disait-elle, de ne pas avoir versé de larmes à l'enterrement de son père: je ne le connaissais que depuis six ans et ne pouvais comprendre quel homme merveilleux et généreux c'était (une Mustang décapotable comme cadeau de fin d'études secondaire, par exemple)."

 


 

De quoi ça parle:

 

Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.

Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrole Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

 

Ce que j'en ai pensé:

 

Je ne sais pas pourquoi je m'acharne à lire Stephen King, j'ai toujours beaucoup de mal avec ses livres mais j'avais envie de découvrir celui-ci.

L'histoire n'est pas mal du tout. J'ai aimé voyager dans les années 60. Les choses étant différentes de maintenant, j'ai vraiment voyagé. Mais l'histoire de Lee Oswald était vraiment très très longue. Nous suivons vraiment toutes les plus petites anecdotes qui se passent dans sa vie et dans la vie de Jake. Beaucoup de choses se passent et je me suis demandé ce qu'elles venaient faire là. Même si cela ne m'a pas dérangé au final. Mais je pense que le livre n'aurait rien perdu de son charme avec quelques centaines de pages de moins.

 

En ce qui concerne les personnages, je les ai trouvés attachant. Les habitants de Jodie sont vraiment des gens gentils et j'imagine très bien la vie dans une petite ville des USA comme celle décrite dans le livre.

 

J'ai eu une très bonne surprise sur la fin. En effet, tous les livres de Stephen King que j'ai lus avant n'avaient pas vraiment de fin ou avait une fin qui ne me satisfaisait pas. Mais ici, c'était une très jolie fin. Tout ce qu'il fallait. J'ai beaucoup aimé.

 

 

À lire si... vous aimez les histoires dans les petites villes américaines

 

 

 

À ne pas lire si... vous n'aimez pas les histoires qui dure, qui dure...

 

 

 

Page 99:

 

"Al? Il y a un problème?
- C'est que, moi aussi j'ai peur. Mais on n'a pas besoin d'une scène d'adieux déchirante. Si tu rentres, tu seras de retour dans deux minutes, peu importe le temps que tu auras passé en 58. Juste le temps pour moi de mettre le percolateur en route. Si ça a marché, nous boirons une bonne tasse de café ensemble et tu pourras tout me raconter."

 

 

Ma note:

 



 

Pour lire d'autres avis:

Logo Livraddict



10/10/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 129 autres membres